Accueil

Présentation du NCB

     Plongée dans le Grand Bleu

Voir plus...

sortie Autonomie 2018

      Inscriptions ouvertes jusqu'au 24 juin 2018   

Voir plus...

Le poisson-perroquet à la dent aussi dure que celle du requin

180204 perroquet

Son bec, formé de 1000 dents soudées entre elles, lui permet ainsi de «brouter» du corail à longueur de journée, rejetant de gigantesques quantités de sable fin.

Parmi les poissons-«quelque chose» (chirurgiens, clowns, sergents, anges, licornes, etc.), les poissons-perroquets - qui peuvent être communs, tricolores, royaux, à long bec, à bosse - sortent du lot. Non seulement les femelles peuvent devenir mâles, arborant alors des livrées colorées chatoyantes, dans les bleu, vert, orange et rose, mais ils ont en plus une caractéristique unique: leur bec. Celui-ci résulte de la fusion de leurs quelques 1000 dents organisées en 15 rangées.

Grâce à une étude effectuée aux rayons X au synchrotron du Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL) aux Etats-Unis, on connait maintenant la structure de ses dents hyper résistantes. Et la raison pour laquelle elles sont si fortes et dures, lui permettant de dévorer le corail, vivant ou mort (travaux publiés dans ACS Nano). Ces dernières sont recouvertes de fluor-apatite, mélange de fluorine (fluor et calcium), de phosphore et d'oxygène. Comme les dents de requin! Ce minéral forme des cristaux orientés qui s'emboitent les uns avec les autres en formant des réseaux imbriqués très résistants, ce qui leur donne leur incroyable dureté. De plus, cette nacre se renouvelle de manière continue par la racine de la dent, remplaçant ainsi les parties qui finissent par s'user. D'après Pupa Gilbert, seules les dents des chitons, des mollusques brouteurs aux dents recouvertes de magnétite, plus dur que l'acier, leur sont supérieures.

Un poisson à l'origine des plages de sable blanc

La nacre des poissons-perroquets peut ainsi résister - en surface - à une pression de 82 tonnes (14 éléphants) par cm²! Ce qui leur permet de se nourrir de corail, de leurs polypes et des algues qui s'installent à sa surface. Le poisson rejette alors les débris de corail sous forme de sable. Un seul animal peut en produire plusieurs centaines de kilos par an, donnant ainsi naissance aux magnifiques plages de sable blanc de ces contrées paradisiaques.

Ces structures cristallines très dures donnent des idées aux chercheurs. «Ce «tissage» et cette disposition orientée des cristaux pourrait ouvrir la voie à la fabrication et la production de matériaux synthétiques», estime Pupa Gilbert. «Le tissage est l'un des plus anciens savoir-faire de l'homme. Et on sait faire des cristaux très fins, flexibles, que l'on peut tisser.   

Jean Luc Nothias le 15/11/2017

 

Actualités du NCB - Accueil